Sie sind hier: Dimensionnement / Contexte de la normalisation actuelle

Contexte de la normalisation actuelle

Le bois de construction massif KVH® ainsi que les poutres lamellées collées Duobalken® et Triobalken® ont depuis des années fait leur preuve face aux exigences croissantes qui caractérisent la construction bois moderne. Dans l’intervalle, tous les règlements de construction essentiels stipulent qu’il faut utiliser des bois de construction secs et de dimensions stables lors de travaux de charpentage et de construction en bois.

DIN 4074-1: Tri du bois de conifères par portances - Partie 1 : bois scié de conifères

Les critères de tri énoncés dans DIN 4074-1 pour classer la portance du bois de construction se réfèrent à une humidité référentielle mesurée um = 20 %, donc à du bois sec. Si le tri du bois a lieu celui-ci non sec (identifiant TS), il faut en tenir compte par sciage au niveau de la surcote. Dans ce cas toutefois, les paramètres de tri que sont les fissures dues au retrait et l’incurvation demeurent non pris en compte. Vu que le respect de tous les paramètres de tri n’est évaluable fiablement qu’à l’état sec, il faut que le transformateur soumette le bois à un tri postérieur avant son incorporation, et le rebute le cas échéant, vu son obligation d’incorporer du bois présentant « l’humidité d’équilibre à attendre », donc du bois sec Si l’incorporation du bois avait lieu celui-ci à moitié sec ou encore humide, il faudrait en règle générale vérifier à l’état d’équilibre sec si par exemple des fissures réduisant la solidité sont apparues, ce qui constituerait une situation inacceptable. Ces opérations sont superflues lorsqu’on utilise du KVH® ainsi que les poutres Duobalken® et Triobalken® vu que ses produits sont en bois toujours trié à sec et qui offre des critères qualité surclassant les exigences de la norme DIN 4074-1.

Liste A des règlements de construction : apposition du label de surveillance (« Ü »)

Depuis 2004, la liste A des règlements de construction stipule que la norme de tri DIN 4074-1 fait référence quant au label de surveillance. Seul du bois massif trié une fois entière sec et mentionnant la norme DIN 4074-1 dans le label de surveillance constitue un produit de construction clairement réglementé. En raison de l’assemblage à dents collées, le label Ü du bois de construction massif KVH® comporte en plus le logo de l’organisme certificateur. Le bois massif sans assemblage à dents collées pourra à l'avenir, conformément à des prescriptions européennes, arborer à la place un label CE. Les poutres Duobalken® et Triobalken® reçoivent également le label Ü, dans lequel la mention de la norme DIN 4074-1 est remplacée par le numéro d'homologation ainsi que par le logo de l’organisme certificateur. Il n’existe pas actuellement de règle technique européenne, et avec elle de possibilité d’un marquage CE.

ATV DIN 18334: VOB/C - Travaux de charpentage et de construction bois

En Allemagne, les conditions techniques générales contractuelles (ATV) visant les prestations de construction (travaux de charpentage et de construction bois - DIN 18334) exigent que le bois de conifères scié soit toujours incorporé à l’état sec. Depuis la publication de cette prescription en 2000, les exigences visant trois paramètres du bois destiné à la construction de maison ont déjà été durcies : l’humidité (um ≤ 18 %), la constance dimensionnelle et le type de coupe. Selon un commentaire sur la norme [2], les constructions bois de plusieurs étages requièrent, en raison de la tendance au tassement, que le bois soit moins humide lors de son incorporation. Cette exigence est d’une actualité particulière vu qu’avec l’inscription de l’ordonnance MBO 2002 sur les constructions-modèles dans les règlements de construction des Länder, les bâtiments en bois atteignant 5 étages sont désormais aptes au permis de construire.

DIN 1052 - Étude, calcul et dimensionnement des ouvrages en bois

La norme de dimensionnement visant la construction bois exige elle aussi d’incorporer du bois sec en classes d’utilisation 1 et 2, et fonde cela par la nécessité de réduire les fissures dues au retrait et les variations dimensionnelles. En outre, le classement des bois de conifères, appartenant aux classes de tri selon DIN 4074-1, dans les classes de solidité selon DIN 1052 n’est possible que pour le bois trié à sec (TS). Il faut en outre se rappeler que les solidités caractéristiques comprises dans les classes de solidité ne tiennent compte que d’une fissuration limitée.

Prudence lors de l’incorporation de bois dont l’humidité n'a pas été ajustée

Avant d’incorporer des bois présentant une humidité nettement plus élevée que l’humidité d’équilibre à attendre, la norme DIN 1052 exige qu’on laisse au bois le temps de finir de sécher et que les pièces de construction en bois ainsi que les pièces de construction limitrophes soient insensibles aux déformations apparues en raison du retrait. Les frais de conception que cela engendre disparaissent lorsqu’on utilise du KVH® ou les poutres Duobalken® et Triobalken® ; le risque accrû d’endommagement de la construction disparaît lui aussi.

Exemple: Une poutre en bois pour plafond présentant une humidité de um = 20% lors de son incorporation peut voir son humidité descendre à 6 % dans le climat d’une pièce d’habitation chauffée. Si l’humidité du bois d’une poutre haute de 24 cm diminue de 14 %, cela signifie un retrait moyen de 8 mm. Il faut que l’ouvrage puisse absorber sans dommages les tassements que cela entraîne. Mieux vaut utiliser d’emblée du bois plus sec, par exemple les poutres Duobalken® ou Triobalken® dont l’humidité à l’incorporation est um = 15 % max. Relativement à la portance et à la précision avec laquelle les jonctions sont assemblées, la norme DIN 1052 exige, en cas d’incorporation de bois trop humides :

  • De réduire d’un tiers les valeurs caractéristiques de la portance affectées aux jonctions cloutées exposées à des contraintes d’arrachage,
  • De tenir compte, dans les justificatifs d’aptitude à l’emploi, des déformations, dues au retrait, des bords en contact et des raccordements en contact.
  • De resserrer les jonctions boulonnées. Ici aussi, le KVH®, les poutres Duobalken® et Triobalken® offrent, par leur état sec et leur haute constance dimensionnelle, des avantages clairs comparé au bois de construction scié normal.

Protection du bois

Pour terminer, il faut signaler que l’utilisation de bois sec constitue une condition préalable à ce que les structures de pièces de construction entrent dans la classe d’emploi 0 selon DIN 68800-2 et se passent ainsi d’une protection chimique du bois. En outre, une étude de terrain [3] a permis de prouver « l’insensibilité aux insectes » de composants réalisés en bois techniquement séché utilisé à l’intérieur et en zone extérieure protégée.